Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Afrikin

Afrikin

L'Afrique notre futur.

Lutte contre les faux médicaments, plus d’efforts à faire

Lutte contre les faux médicaments, plus d’efforts à faire

 Les médicaments de la rue sont interdits en Côte d’Ivoire alors que dans les marchés et aux carrefours ; on en trouve. L’Etat veut mettre fin à cette activité commerciale dangereuse pour la population.

 « La médecine moderne recommande de ne pas consommer un seul médicament de la rue.  Les conséquences sont très énormes. Les médicaments sont des substances très toxiques. Même s’il guérit, s’il est pris à fortes doses ou mal assigné, le médicament peut faire mal. Les médicaments de la rue, ne sont pas conservés dans de bonnes conditions, certains médicaments sont puissants et deviennent très dangereux quand ils ne sont pas utilisés à bons escient. Un médicament exposé à la chaleur, à  la pluie est dangereux. Pour la vente en détaille, si la boîte est ouverte et fermée pour chaque client, l’air peut dégrader le médicament. Certains consommateurs  attrapent l’insuffisance rénale, la cirrhose de foie, le cancer… Donc, le bon médicament hier mal conservé, détruit aujourd’hui. Aussi, le résultat  peut être zéro. Il peut ne pas te donner de maladie et ne pas te guérir. Il est vraiment déconseillé de consommer des médicaments dans l'aval d'un docteur ou d'un pharmacien. Certains disent que c’est moins cher dans la rue, donc on y va . En pharmacie, à 100 FCFA, on peut se soigner, à 2000 FCFA on a un traitement de paludisme ». Nous explique M. Kouadio, Aké Richard, l’auxiliaire de la pharmacie de la Providence, dans la commune d’Adjamé 220 logements. 

Marius Comoé, président de la Fédération des associations des consommateurs actifs de Côte d’Ivoire, FACACI, l’Etat doit véritablement renforcer les moyens de lutte contre les faux médicaments et doter les structures compétentes  des moyens d’accomplissement de leurs missions.

 « Le trafic et la vente de médicaments contrefaits, sont comparables à des crimes. Nous interpellons les pouvoirs publics à engager une réelle politique de répression pour garantir la santé des ivoiriens sur l’ensemble du territoire national. Il faut savoir que ces médicaments de la rue sont vendus dans certaines officines pharmaceutiques, ces médicaments de la rue sont utilisés dans certaines grandes polycliniques. Donc, il faut une lutte acharnée de l’Etat, à travers le Cotramed, le Comité national en charge de lutter contre les médicaments de rue et la vente illicite de ces médicaments. Il faut que le Cotramed soit doté de véritable moyens financiers et de locomotions en vue de pouvoir honorer ses engagements et de pouvoir assumer son cahier de charge. A l’état actuel des choses, le Cotramed ne dispose pas de bureaux. C’est la DPML, la Direction de la Pharmacie, du médicament et des laboratoires qui abrite les réunions du Cotramed. Si nous voulons  véritablement lutter contre les médicaments de la rue, il faut  des dispositions permettant l’arrestation et l’emprisonnement de tous ceux qui s’adonnent à une telle activité. Il faut arrêter de mettre en danger les compatriotes. Dans une vision nationale de lutte contre les médicaments de la rue, nous consommateurs, pensons qu’il faut sécuriser les chaînes d’approvisionnement de nos laboratoires. Il faut permettre aux pays et aux populations à avoir accès aux médicaments à moindres coûts dans les officines publiques de santé et de pharmacie. Si les médicaments sont chers, les populations se tourneront vers les médicaments de la rue». 

 Quant à la Direction de la pharmacie, du médicament et des laboratoires, DPML, aucun son n’a filtré. Pourtant, dans ces locaux, sept structures Dgs, Lnsp, Cotramed, Parssi, Dpml, Pndap, Deps travaillent à  un plan d’action national de lutte contre les faux médicaments.

Nous sommes au soir du vendredi 16 septembre 2016. Pour le moins, un texte contre les vendeurs de médicaments de la rue aboutira bientôt à l’Assemblée nationale ivoirienne, divulgue le Comité de lutte contre le trafic illicite et la contrefaçon  des médicaments (Cotramed).

ACHIRO.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BEN ALLAH 31/10/2016 12:20

Article relatif à la Bourse des Valeurs très bon et mérite nos encouragements les plus soutenus.
BLESSING !

BEN ALLAH 31/10/2016 12:16

Blessing !