Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Afrikin

Afrikin

L'Afrique notre futur.

Avocats fantômes, Simone Gbagbo debout au procès

C’est sans les avocats de l’ex-première Dame, Simone Ehivet, épouse Gbagbo  dans la salle d’audience que la Cour d’Appel du Tribunal d’Abidjan suspend le procès pour le poursuivre demain 30 novembre 2016 à 9h.

Débuté à 11h 50 min pour finir à 15h07 min, le procès Simone Gbagbo s’est résumé aujourd’hui à un récital de mal entendue entre la défense Simone Gbagbo, le ministère publique qu’est la partie civile pour l’accusation, le bâtonnier et l’instruction générale.

Un avocat de madame Gbagbo avant la levée de séance par le juge fait cette déclaration. «  Nous avons dit que nous décidons partir parce que les droits de la défense ne sont pas respectés ; Nous n’avons pas des gens crédibles avec qui on peut discuter, des gens qui ne respectent  pas leur parole. Je pense qu’ils le font volontairement pour empêcher les avocats qui assistent madame Gbagbo depuis 5 ans de plaider. Nous partons parce qu’on se moque de la défense, on se moque de notre cliente. Nous reviendrons seulement si nos droits sont  respectés», défend-il.

Sous l’autre angle de l’accusation, la défense Gbagbo est incapable à faire comparaître la vingtaine de témoins  qu’elle réclame. Entre autres Jeannot Ahoussou, ancien premier ministre et Philippe Mangou ex Ggénéral des armées sous le règne de  Laurent Gbagbo, lui aussi en procès à la Haye.

Le juge  pour sa part, a récusé les sollicitations de la défense d’approfondir les enquêtes portantes sur le bombardement du marché Siaka Koné, et l’attaque contre les femmes du marché dans la commune d’Abobo. Aussi, la cour en aucun cas, a laissé entendre son accord à la demande de la défense qui veut le report du procès au 17 février 2017 pour  procéder à la comparution des témoins.

En précis, Simone Gbagbo s’est sentie indignée au moment de la lecture du procès-verbal du 24 octobre 2016. Enflammée, elle répond directement au juge en lui invectivant : « Vous n’êtes qu’un juge. Pour qui vous prenez vous dans ce pays !». Et, de voir son équipe de 8 avocats  lui demander de faire silence. L’un d’eux sur le coup se retire du procès dénonçant de longues concertations de 2 heures de temps de la cours pour empêcher  que les débats mènent à la vérité et à la justice.

Quid de la stratégie de la défense qui abandonne l’accusée à la barre ?

 

 ACHIRO.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article