Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Afrikin

Afrikin

L'Afrique notre futur.

Côte d'Ivoire, Liberté de la Presse 2017 , le Procureur de la République aux journalistes

Liberté de la Presse,  le Procureur de la République dit  aux journalistes  de militer pour l’immunité

En Côte d’Ivoire, le journaliste peut-il être conduit en prison dans l’exercice de sa fonction ?

« Absolument. L’article 69 renvoi pour la répression de certaines infractions au code pénal. Notamment, les articles 174 et 175 vont jusqu’à cinq années d’emprisonnement selon la loi sur la presse de 2004 », précise le procureur de la République, Adou Richard.

Intervenant sur le thème ‘’ La liberté de la Presse et ses limites’’, à la Maison de la Presse d’Abidjan(MPA), le procureur de la République encourage la presse nationale à gagner l’immunité.

« Il faut militer pour avoir l’immunité. Là, Lorsqu’une infraction à la loi pénale est produite, il y’ a des sanctions pécuniaire, mais, en l’espèce, la peine d’emprisonnement est abolie », préconise- t-il précisant « Je suis venu dissiper les doutes ».

Quant à la présidente de la Commission nationale des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire (CNDHCI),  Sangaré Naminata, dans son exposé intitulé, ‘’le rôle des journalistes dans la promotion de la Bonne gouvernance’’, a fait comprendre qu’il existe un lien étroit entre les droits de l’homme et le journalisme.

« La Côte d’Ivoire a ratifiée la déclaration Universelles des droits de l’Homme qui en son article 19, précise que tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, d’où découle le droit à l’information. Car, le bon journalisme disparaît dans les pays où les droits de l’Homme sont méprisés »,.

Selon le classement de Reporter sans frontière, la Côte d’Ivoire est passée de la 86ème place  à la 81ème  place en 2017.

 Demain, au parlement ivoirien seront analysés les projets de loi portant régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle.

 Ces deux textes de loi ressurgissent alors que dans la presse ivoirienne,  des doutes sur l’article 90 de la loi n° 2004 portants régimes juridiques de la presse sont au cœur d’une polémique.

Et, depuis que 6 journalistes ivoiriens avaient été gardés à vue pour des informations qualifiées de délits de presse portant atteinte à l’intégrité du territoire national, à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat et de fausses informations, le 13 février de l’année.

 

Moïse ACHIRO.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article